Club Sport : Le sport en période de crise sanitaire : quels enjeux et quelles réponses ?

Le club sport s’est réuni en visioconférence le jeudi 26 novembre autour du thème « Le sport en période de crise sanitaire : quels enjeux et quelles réponses ? ». La réunion était animée par les coprésidents du club, Sylvie Charrière, députée de Seine-Saint-Denis et Jean-Jacques Lozach, sénateur de la Creuse.

 La crise du coronavirus et les périodes successives de confinement mettent à mal le sport, amateur et professionnel. Fermeture des infrastructures, interdiction des pratiques sportives collectives, annulation des cours, des entraînements, limitation du nombre de spectateurs dans les enceintes sportives, etc. L’ensemble de l’écosystème du sport est impacté et attend de la puissance publique des réponses à la hauteur des enjeux.

  • Quelles sont les impacts concrets de la crise sanitaire sur le fonctionnement des clubs et des fédérations ? Sur le quotidien des sportifs et des structures qui les accompagnent ?
  • Quels protocoles pour concilier pratique du sport et santé ? Quels aménagements à court-terme ? Quelles évolutions durables de la pratique sportive ?
  • Quid du sport professionnel (athlètes, enceintes sportives, valorisation médiatique des compétitions, visibilité des annonceurs, etc) ?
  • Comment soutenir économiquement le secteur sportif ? Les moyens qui lui sont affectés via le plan de relance « sport » sont-ils suffisants ? Quelles alternatives ?
  • Quelle organisation pour les grands évènements sportifs ? Quelles précautions en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 ?

Une soixantaine de participants, parmi lesquels de nombreux présidents et élus de fédérations, ont pris part aux échanges ouverts par :

  • Denis MASSEGLIA, Président du CNOSF
  • Marie-Hélène PATRY, Déléguée Générale de Première Ligue,
  • Gérard BRIAUD, Secrétaire Général de la Fédération Sportive et Culturelle de France

 

Club Sport : Lutter contre les violences pour renforcer le sport

Le club sport s’est réuni le mardi 13 octobre 2020 autour du thème « Lutter contre les violences pour renforcer le sport ». La réunion était animée par les coprésidents du club, Sophie Auconie, députée de l’Indre-et-Loire, Sylvie Charrière, députée de Seine-Saint-Denis et Jean-Jacques Lozach, sénateur de la Creuse.

 Le ministère des Sports mène depuis de nombreuses années une politique de prévention vis-à-vis des comportements contraires aux valeurs du sport : lutte contre les incivilités, les discriminations, le sexisme et les violences faites aux femmes, etc. L’actualité témoigne d’une persistance des phénomènes de violence dans le sport : dénonciations d’agressions sexuelles, interruptions de matches en raison de chants à caractère homophobe, manifestations racistes dans les stades […]. Au-delà des personnes ciblées, les impacts sont majeurs pour l’ensemble des acteurs du sport : mouvement sportif, fédérations et clubs, sportifs professionnels, éducateurs, médias, etc.

  • Violences dans le sport : de quoi parle-t-on ? Quelle cartographie des risques ? Avec quelles corrélations, quelles conséquences, quels impacts sur l’ensemble de l’écosystème ? Quelles sont les situations à risque ?
  • Comment protéger les sportifs, les clubs, les supporters ? Quel rôle pour les instances sportives et quel rôle pour le législateur / l’exécutif ?
    •  Les acteurs du monde sportif (éducateurs, dirigeants…) sont-ils suffisamment formés ? Faut-il intégrer des modules obligatoires sur la lutte contre les discriminations et violences dans les diplômes d’Etat ou fédéraux ?
    • L’organisation du monde sportif permet-il de détecter les situations à risques, les plaintes ? Quelles améliorations apporter dans l’organisation, dans les rapports entre l’Etat, les fédérations, les clubs ?
  • Comment traiter les cas de violence dans le sport ? Des instances ou des décisions spécifiques au sport sont-elles pertinentes ? Avec quels pouvoirs et quels contrôles ?

 

Une soixantaine de participants, parmi lesquels de nombreux présidents et élus de fédérations, ont pris part aux échanges ouverts par :

  • Roxana MARACINEANU, Ministre des Sports,
  • Nathalie, PECHALAT, Présidente de la Fédération française des Sports de Glace,
  • Etienne THOBOIS, Président du Comité d’organisation Paris 2024.

Club Innovation et Transformation numérique – Numérique et environnement

Le Club Innovation et transformation numérique s’est réuni le mardi 6 octobre autour du thème « Numérique et environnement : Développer l’efficacité, renforcer l’acceptabilité, réussir la transition ». La réunion était animée par les co-présidents Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir, et Eric Bothorel, député des Côtes d’Armor.

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, présentera prochainement la stratégie du Gouvernement pour « réduire l’empreinte écologique du numérique ». Au-delà de la seule question de la réduction, le numérique est un puissant levier d’optimisation des systèmes énergétiques, alimentaires ou de mobilité. Or, la question de son acceptabilité environnementale semble souvent réduite à ses impacts écologiques (gaz à effet de serre, ressources abiotiques et d’eau douce, consommation d’énergie, etc.). La pleine intégration du numérique aux politiques environnementales et climatiques est pourtant un levier majeur d’efficacité, qui se pose à l’ensemble des acteurs.

  • Comment mobiliser les technologies numériques au service de l’environnement ? Quels exemples déjà identifiés ? Avec quels gains ?
  • Quelles innovations développer ? Avec quels défis techniques ? Dans quels secteurs d’activité ? Comment les financer ? Quel passage à l’échelle ?
  • Empreinte environnementale du numérique : de quoi parle-t-on ? Quelles sont les améliorations possibles ? A quels coûts et pour quels bénéfices ?
  • Quel type de régulation envisager ? Quelles règles ? A quelle échelle (européenne, nationale) ? Quelles obligations et/ou interdictions ? Quels rôles pour les instances régulatrices ?

Une quarantaine de participants, parmi lesquels de nombreux parlementaires et représentants du secteur numérique, ont pris part aux échanges ouverts par :

  • Jean-Michel Houllegatte, Sénateur de la Manche et rapporteur de la mission d’information sur l’empreinte environnementale du numérique
  • Viktor Arvidsson, Head of Strategy and Public Affairs chez Ericsson, membre de l’Afnum
  • Sophie Sabos, Directrice du Numérique Responsable chez e.SNCF