Club Protection sociale – Maintien à domicile : Levier de développement de la protection sociale

Le club Protection sociale s’est réuni le mardi 6 juillet autour du thème « Maintien à domicile : Levier de développement de la protection sociale« . La réunion était animée par les coprésidents du club, Sylvain Maillard, député de Paris et Bernard Perrut, député du Rhône.

Les publics fragiles, seniors ou personnes atteintes de handicap, expriment aujourd’hui une volonté d’accès aux soins « au plus près de chez eux », à domicile dans la mesure du possible. Cette évolution majeure de la prise en charge suppose de construire et de financer un système réunissant prévention, soins primaires, suivi médico-social et social dans une logique ambulatoire. Ce nouveau paradigme de la protection sociale doit tenir compte, notamment, de l’allongement de la durée de la vie et du développement des maladies chroniques. Au-delà des contraintes humaines et financières du secteur de l’aide à domicile, la complémentarité des acteurs, la continuité des parcours et les innovations de produits et services sont au cœur des enjeux.

 

  • Comment intégrer la notion de parcours dans le développement du maintien à domicile ? Comment assurer la complémentarité et la coordination des acteurs du secteur ? Quel rôle pour les collectivités locales, les organismes de protection sociale, les acteurs privés ?
  • Comment soutenir une revalorisation pérenne des métiers de l’aide à domicile ? Quel encadrement proposer pour garantir une qualité des prestations proposées ? Comment tenir compte des facteurs de pénibilité des métiers du secteur ?
  • Comment mettre les innovations disponibles au service d’une amélioration des conditions de vie des personnes dépendantes ? Quelles innovations promouvoir pour améliorer le partage d’information et faciliter la continuité du parcours de soins ?
  • Quelle trajectoire envisagée pour le projet de loi Grand âge et autonomie ?

Une quarantaine de participants ont pris part aux échanges ouverts par :

  • Yannick Lucas, directeur des affaires publiques de la Fédération nationale de la Mutualité française
  • Philippe Calmette, président délégué de Nexem
  • Franck Le Vallois, directeur général de la Fédération française de l’Assurance
  • Dominique Libault, directeur de EN3S
  • Monique Iborra, députée de Haute-Garonne, membre de la commission des Affaires sociales

 

Club Innovation et Transformation numérique – La cybersécurité des entreprises : défis techniques, enjeux économiques

Le club Innovation et Transformation numérique s’est réuni le mercredi 7 juillet autour du thème « La cybersécurité des entreprises : défis techniques, enjeux économiques. Identifier les enjeux, mobiliser les acteurs, sécuriser les systèmes ». La réunion était animée par les coprésidents du club, Virginie Duby-Muller, députée d’Haute-Savoie et Eric Bothorel, député des Côtes-d’Armor.

Le président de la République a annoncé, le 18 février dernier, une stratégie nationale de cybersécurité. Doté d’un milliard d’euros, ce plan vise à renforcer la filière cybersécurité de la France d’ici à 2025, à sensibiliser les structures publiques et privées et à stimuler la recherche et l’innovation industrielle. Parallèlement, d’autres initiatives tendent à renforcer la cyber résilience de la France et de l’Union européenne : dispositif gouvernemental cybermalveillance d’aide aux victimes de cyberattaques, lancement d’une mission parlementaire relative à l’utilisation des nouvelles technologies numériques dans le domaine de la sécurité ou encore nouvelle stratégie européenne en matière de cybersécurité. La multiplication des cyberattaques ces derniers mois souligne l’urgence d’agir pour lutter contre les vulnérabilités inhérentes à la transformation numérique de la société (dépendance aux services numériques, méconnaissance des enjeux de cybersécurité).

  • Ces différents plans constituent-ils une réponse adaptée aux enjeux ? Quels points forts et quelles lacunes ?
  • Comment renforcer la filière cybersécurité? Avec quels moyens (financiers, humains, techniques) ? Où investir (emploi, formation, innovation, recherche) ? Pour quels enjeux économiques ? Quelle souveraineté numérique ?
  • Quelle place pour la recherche? Pour l’innovation industrielle ? Face à quelle concurrence internationale ?
  • Quelles sensibilisation et mobilisation des acteurs publics et économiques? A quelle échelle (locale, nationale) ? Selon quelle stratégie ? Quels sont les freins, les défis à relever ?
  • Quels objectifs à l’échelle européenne ? Quels enjeux ? Quelle protection ? Quels rôles pour les institutions ?

Une quarantaine de participants ont pris part aux échanges ouverts par :

  • William Lecat, coordinateur de la Stratégie nationale de Cybersécurité du Programme d’investissements d’avenir
  • Pascal Lagarde, Directeur Exécutif de Bpifrance, en charge de l’International, de la stratégie des études et du développement
  • Mylène Jarossay, Présidente du Club des Experts de la Sécurité de l’Information et du Numérique (CESIN)
  • Stéphan Hadinger, Directeur de la Technologie, Amazon Web Services

Club Automobile et Mobilité – Les données de la mobilité : quelles règles pour quelle exploitation ?

Le club Automobile et Mobilité s’est réuni le mardi 29 juin autour du thème « Les données de la mobilité : quelles règles pour quelle exploitation ? ». La réunion était présidée par Frédéric Barbier, député du Doubs et Julien Dive, député de l’Aisne.

La loi d’Orientation des Mobilités (LOM), prévoit une ouverture large des données des services de transport et de mobilité afin de favoriser l’innovation et le développement de services numériques. La rédaction de l’ordonnance relative aux données a mis en exergue la multiplicité des attentes et les divergences au sein de la filière. Certaines dispositions ont été renvoyées au niveau européen, dans le cadre de la « stratégie européenne des données ». La définition des règles aura une influence majeure sur l’exploitation des données par l’ensemble des acteurs.

  • Quelles divergences et quelles convergences au sein de la filière ? Une position consensuelle peut-elle être définie ? Sur quelles bases ?
  • Qu’attendent les acteurs de la filière de l’usage et de la valorisation des données ? Quels projets et quelles innovations ? Quelle dimension d’intérêt général ? Quelle valorisation financière des données ?
  • Quelle stratégie nationale pour la France ? Comment créer des leaders français, industriels ou entreprises technologiques ? Quelle articulation avec la stratégie européenne ?
  • Quels enjeux juridiques ? Comment mettre la réglementation au service de l’innovation ? Avec quels garde-fous ? Comment concilier respect de la vie privée, gestion de l’espace public et services innovants ?

 

Une soixantaine de participants, parmi lesquels de nombreux présidents et élus de fédérations ont pris part aux échanges ouverts par :

  • Pascal BERTEAUD, Directeur général du CEREMA,
  • Damien PICHEREAU, Député de la Sarthe,
  • Gilles CORDE, Responsable de programmes Mobilité connectée à IFPEN,
  • Jehan DE THÉ, Directeur des Affaires publiques d’Europcar.